Table of Contents Table of Contents
Previous Page  45 / 56 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 45 / 56 Next Page
Page Background

LE M@G DES AVOCATS n° 34 Le BARREAU de FRANCE n° 367 Juillet/Août/Septembre 2017

Page | 45

DISPARITION

Hommages à Jacques BAUDY de GEYER d’ORTH

Nous avons appris, fin août, avec une grande

tristesse, le décès du Bâtonnier Jacques BAUDY

de GEYER d’ORTH, à l’âge de 93 ans.

Docteur en droit, Bâtonnier fondateur du

Barreau de la Seine-Saint-Denis, il a été une

grande figure du Barreau français.

Il était surtout pour nous tous, l’exemple de

l’Avocat syndicaliste, occupant avec brio et ses

grandes compétences, les postes de membre

du Bureau de l’Association Nationale des

Avocats, puis de la Confédération Syndicale des

Avocats (CSA, devenue CNA).

Il était également ancien membre du Bureau

du Conseil Economique et Social de la Région

d’Ile de France.

Officier de la Légion d’Honneur et

Commandeur dans l’Ordre National du Mérite,

il personnifiait l’Avocat, pouvant servir

d’exemple à tous ses confrères.

Toujours préoccupé de la grandeur de sa tâche

professionnelle,

de

la

recherche

de

l’amélioration du droit, de la défense, il était

aussi la courtoisie même, y compris dans de

houleuses discussions syndicales, auxquelles il

apportait des idées innovantes.

Je repense avec émotion à notre longue amitié,

certaine que son souvenir lumineux continuera

d’éclairer notre profession qu’il a tant aimée et

défendue.

Jacqueline Socquet-Clerc Lafont

__________________________

Avocat à 20 ans, Docteur en droit, Licencié és

lettres, diplômé de l'Ecole pratique des Hautes

Études, d'une intelligence supérieure, d'une

remarquable distinction intellectuelle, d'une

culture tant juridique que générale peu

commune, doté d'un brillant talent oratoire,

Jacques BAUDY de GEYER d'ORTH était aussi un

confrère d'une grande simplicité, d'une grande

générosité et d'une grande disponibilité,

toujours soucieux de mettre au service de la

collectivité ou du justiciable son talent et sa

passion de la justice.

C'est admiré et estimé dans tous les milieux

judiciaires qu'il quittait notre profession après

45 années d'un exercice infatigable.

C'est un auxiliaire de justice éminent et un

homme de bien, attachant et de grande valeur,

qui s'est éteint et dont le souvenir du sourire,

me restera cher.

Dominique Rémond